Dans l’Aveyron, les Côtes d’Armor, l’Ardèche et le Pas-de-Calais, l’expérimentation des chèques énergie a commencé depuis le 1er mai 2016. Le point sur ce nouveau dispositif avec L’énergie tout compris.

Calculez vos économies d’énergie

Le chèque énergie à l’essai

Quatre départements testent le chèque énergie depuis le 1er mai. Le dispositif sera généralisé à l’ensemble du territoire à partir du 1er janvier 2018. Il vient remplacer les tarifs sociaux du gaz (tarif spécial de solidarité) et de l’électricité (tarif de première nécessité) pour régler ses dépenses énergétiques. Mais le chèque énergie peut également être utilisé pour financer des travaux de rénovation énergétique, comme un changement de chaudière ou l’amélioration de l’isolation thermique de son habitation par exemple. Le chèque énergie peut également être utilisé pour payer le loyer dans un foyer logement. L’objectif du dispositif est donc de lutter contre la précarité énergétique, qui touche actuellement près d’un foyer sur 5 en France.

Pour en bénéficier, il n’y a aucune démarche à faire : le chèque énergie est directement envoyé au domicile des ménages qui remplissent les conditions pour le percevoir. Le fisc envoie à l’Agence de services et de paiement (ASP) la liste des personnes pouvant en bénéficier.

Chèque énergie : un montant qui varie selon la composition du foyer

Le montant du chèque énergie varie de 48 à 227 €, en fonction du revenu fiscal de référence et de la composition du foyer.

Par exemple, une personne vivant seule et déclarant un revenu fiscal de référence de 6 000 € touchera un chèque énergie de 96 €, tandis qu’un couple avec deux enfants, déclarant 10 000 € de revenus percevra un chèque énergie de 227 €.

Un chèque par an sera envoyé aux bénéficiaires du dispositif. Il sera valable jusqu’au 31 mars de l’année suivante. Il pourra être remis au fournisseur d’énergie pour régler une facture, à l’artisan réalisant les travaux de rénovation énergétique ou au gestionnaire du foyer.

Le saviez-vous ?

Le chèque énergie est un dispositif mis en place dans le cadre de la loi de transition énergétique, dont l’objectif est de réduire l’émission de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030.

Pour aller plus loin :