Les normes européennes en vigueur concernant les performances des équipements de chauffage sont de plus en plus exigeantes, et réduisent le choix en matière de chaudières. Les modèles à condensation, très performants, sont les plus adaptés pour répondre à ces normes. Pour autant, les chaudières à condensation sont-elles obligatoires ?

Chaudière à condensation

Chaudières à condensation : des performances optimales 

Les chaudières à condensation offrent un rendement en PCI (pouvoir calorifique inférieur) surpassant les 100 %, faisant de ces modèles les plus performants sur le marché actuel.

Comme leur nom l’indique, ces chaudières récoltent la chaleur extraite des fumées de combustion pour produire plus de chaleur, sans consommer plus de combustible. En optimisant ainsi ses ressources, la chaudière à condensation permet d’économiser environ 30 % d’énergie, tout en polluant moins. Différents modèles de chaudières à condensation existent : au gaz, mais aussi au fioul.

Chaudières à condensation : des équipements adaptés aux règles en vigueur

La réforme de la directive EcoDesign entrée en vigueur au début de l’automne 2016 déclare que l’achat d’une chaudière à condensation permet aux foyers renouvelant leur installation de chauffage de respecter les critères de performance inscrits dans la réforme 2016 de la directive. 

Il ne s’agit donc pas d’une obligation. Certaines chaudières basse température permettent également de respecter ces critères.  La directive EcoDesign exige un rendement de l’appareil supérieur ou égal à 86 %. Sur le marché actuel, les chaudières à condensation sont souvent les équipements qui permettent le mieux d’atteindre ces performances.

Cette contrainte représente un marché colossal puisqu’on estime que chaque année en France, environ 500 000 chaudières sont vendues. Le parc de chaudières à condensation devrait donc se renouveler progressivement au cours des années à venir.

Ces installations représentent un coût non négligeable à l’achat pour les foyers. Il faut en effet compter entre 5 000 et 7 000 € TTC pour un modèle fonctionnant au gaz ; la note peut grimper jusqu’à 10 000 € pour une chaudière fioul à condensation. Pas d’inquiétude à avoir toutefois, d’une part car ces modèles sont très rapidement rentables grâce aux économies qu’ils permettent d’effectuer, d’autre part car ce type d’installation peut être financé grâce à diverses aides. Éco-prêt à taux zéro, prime énergie, crédit d’impôt, aides de l’Anah, locales et régionales : autant de coups de pouce qui permettent de faire baisser la facture au moment de s’équiper.

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, on estime que les modèles à condensation représentent 20 % des chaudières en France, et 60 % des nouveaux équipements vendus.

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème