Après un lancement mitigé, le crédit d’impôt pour la transition énergétique connaît un franc succès auprès des foyers français, au point que le budget qui lui est consacré doit être revu à la hausse par le gouvernement. Changement de fenêtres, isolation, installation d’une pompe à chaleur : les particuliers sont de plus en plus nombreux à franchir le pas grâce au CITE.

Calculez vos économies d’énergie

CITE : un budget revu à la hausse en 2016

Les investissements en matière de rénovation énergétique ont dépassé les prévisions du gouvernement en 2016, à tel point que le budget du crédit d’impôt pour la transition énergétique sera prochainement revu à la hausse, dans le cadre du projet de loi de finances.

L’enveloppe allouée au CITE devrait en effet passer de 1,4 à 1,7 milliard d’euros. Le crédit connaît ainsi sa première année pleine depuis 2014, logique puisque le budget 2015 ne se basait que sur les travaux effectués pendant la 2nde partie de l’année 2014. L’augmentation est également due au fait que les particuliers, de mieux en mieux informés à propos du crédit, n’hésitent plus à y avoir recours pour réaliser leurs travaux de rénovation énergétique.

Travaux de rénovation énergétique : un succès inégal

Les changements de fenêtres s’affichent en tête des travaux financés par le crédit d’impôt pour la transition énergétique. Ces travaux auraient d’ailleurs permis de relancer et de créer près de 8 000 emplois liés à ce secteur. Le marché florissant et la demande croissante ont en effet incité les entreprises à recruter davantage de professionnels pour répondre à tous les projets. L’isolation des combles et des toitures affiche également un essor satisfaisant auprès des particuliers.

D’autres secteurs en revanche bénéficient d’un essor plus timide malgré le coup de pouce du CITE. L’isolation thermique des façades séduit peu les Français, en grande partie car ces travaux, longs et compliqués à mettre en œuvre, s’accompagnent également de dossiers fastidieux à monter, en particulier au sein d’une copropriété. Sans compter que sur les immeubles anciens, type Haussmannien par exemple, de tels travaux risquent d’endommager l’esthétique du bâtiment, freinant de nombreux propriétaires. Le ministère de l’Environnement pourrait remédier à ce désintérêt en rendant l’isolation thermique des façades obligatoire sur tous les bâtiments faisant l’objet d’un ravalement de façade.

 

Le saviez-vous ?

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique est accessible à toute personne réalisant des travaux pour améliorer la qualité environnementale de son logement principal achevé depuis 2 ans au moins. L’installation d’un système de chauffage économique, les travaux d’isolation thermique au sol, aux murs ou sur les parois vitrées, l’installation d’équipement produisant de l’énergie renouvelable sont autant de travaux couverts par le CITE.

 

Pour aller plus loin : 

Sur le même thème