Créé afin de lutter contre la précarité énergétique, le « chèque énergie », initié par Ségolène Royal, sera mis à l’essai prochainement dans quatre départements du territoire. L’objectif est de vérifier le bon fonctionnement du dispositif et d’obtenir le retour des bénéficiaires, avant de généraliser sa diffusion à tout le pays, dès le 1er janvier 2018

Calculez vos économies d’énergie

Le chèque énergie : pour qui, pourquoi ?

Le chèque énergie s’inscrit dans le cadre de la loi de transition énergétique. Cette aide entend lutter contre la précarité énergétique en apportant un coup de pouce financier aux foyers les plus modestes.

Si son entrée en vigueur est prévue pour le 1er janvier 2018, le dispositif sera très prochainement à l’essai dans quatre départements : l’Ardèche, l’Aveyron, les Côtes-d’Armor ainsi que le Pas-de-Calais, comme annoncé dans le décret n° 2016-555 du 6 mai 2016. 170 000 ménages aux revenus modestes auront ainsi la primeur de ce chèque énergie ; au 1er janvier 2018, ce sont 4 millions de foyers qui devraient bénéficier de l’aide.

Dans les faits, l’aide financière sera octroyée automatiquement, sous condition de ressources. Pouvant aller de 48 à 227 € selon la situation du foyer, le chèque sera remis une fois par an et envoyé directement au domicile de son bénéficiaire. Un coup de pouce qui, selon la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, représentera un coût de 600 millions d’euros par an pour l’État.

Principe et mise en œuvre du dispositif

Le chèque énergie sera valable un an à partir de sa date d’émission. Dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique, son usage sera destiné :

  • Au règlement des factures d’énergie, quelle que soit l’énergie utilisée (gaz, électricité, fioul, bois…) ;
  • Au financement de travaux de rénovation énergétique au sein du logement (changement de chaudière, isolation de la toiture…).

Toutefois, la création de cette aide sonne le glas des tarifs sociaux pratiqués par les fournisseurs de gaz et d’électricité depuis 2005. Ceux-ci disparaîtront dès le 31 décembre 2017 pour faire place au chèque énergie.

Le chèque énergie est « une bonne nouvelle pour les consommateurs » selon Jean Gaubert, médiateur national de l’énergie. Néanmoins, deux bémols apparaissent déjà : d’une part, les consommateurs ne pourront pas payer leurs factures de chauffage collectif avec le chèque énergie. D’autre part, le montant attribué serait trop faible pour les consommateurs les plus vulnérables. La phase de test menée dans 4 départements permettra éventuellement de corriger ces défauts, s’ils sont significatifs.

Le saviez-vous ?

Selon les chiffres de l’INSEE, la précarité énergétique concernerait 14,6 % de foyers en France. Cette précarité peut être liée aux revenus modestes des habitants, mais aussi à un logement mal équipé. En effet, une mauvaise isolation, des installations anciennes ou mal entretenues contribuent à faire augmenter la facture d’énergie d’un foyer, parfois de manière spectaculaire.

Pour aller plus loin :

Sur le même thème